Il y a 2-3 ans...
Il y a 2-3 ans...

 À propos

Bienvenue sur la page de Julien MAGNIEZ, "Le Maraîcher Voyageur". Ce site est réalisé par nos soins en prenant simplement des photos de nos travaux et en décrivant notre quotidien de dur mais beau labeur.

Nous produisons sur le petit domaine de type micro-ferme bio (3,5 hectares actuellement, dans le Pas-de-Calais, et depuis juin 2018 aussi 2 hectares en Gironde à Margaux) une bonne quarantaine de fruits et légumes simultanément, sur 450 variétés différentes au total dans l'année,  avec pour chaque légume, de une à cinquante variétés différentes avec un très grand focus sur les variétés traditionnelles/anciennes européennes.

Par ailleurs, nous sélectionnons (sur les mêmes critères que notre propre production) une gamme de fruits et légumes biologiques d'ici (Nord, Sud-Ouest, Roussillon, Provence) et "d'ailleurs" (principalement l'Italie) pour vous faire voyager et soutenir aussi la relance de filières de qualité (voir les agrumes de Sardaigne). 

Je m'inspire pour la production de plusieurs philosophies et techniques, maraîchers parisiens du XIXème siècle, Eliot Coleman, Jean-Martin Fortier, biodynamie, maraîchage sur sol vivant, agroforesterie, permaculture, vieux jardiniers, en essayant de trouver ce qui fonctionne le mieux chez moi avec mes contraintes.

En 2016, l'année de la reprise, j'ai eu la chance d'être dans les lauréats du concours "Fermes d'Avenir" qui récompensait 10 projets dans toute la France. L'association du même nom met en avant et soutient le modèle de la micro-ferme biologique, humaine, très économe en énergies fossiles comme alternative agricole viable. 

Le goût avant tout ! 

Bio? Logique ! 

Pour notre propre production : Dans le Pas-de-Calais (62), une partie de nos parcelles est déjà certifiée biologique, tout ce qui n'est pas encore certifié est conversion C2, dernière année de conversion.  A Margaux (33), tout est certifié AB. 

Puisque le bio (le business) ne rime plus forcément avec la bio (le mouvement historique), nous essayons d'aller toujours plus loin que le cahier des charges officiel de base, en cherchant à autoproduire un maximum d'éléments utilisés pour la culture, ou se fournir localement en créant des grappes de fermes partenaires. 

Pour toute notre sélection de fruits et légumes d'autres producteurs : tout est au moins certifié biologique, voire Demeter, Nature et Progrès ou Bio Cohérence. 

À l'ancienne

La philosophie ici est "Fais ce que tu dis, dis ce que tu fais".

A une époque où le logo bio ne veut malheureusement plus dire grand chose pour nombre de consommateurs et que l'industrialisation de la production est en marche, nous nous mettons du côté des valeurs de la bio historique : productions de saison, artisanales, mécanisation légère, exploitations à taille humaine, campagnes vivantes, entretien et valorisation des paysages, sols vivants, auxiliaires protégés, comme les abeilles, et focus sur le goût et la valeur nutritionnelle de nos productions. Nous n'utilisons pas ou peu d'engrais biologiques, mais du compost pour nourrir nos sols, et nous irriguons très peu (voire trop peu, avec les deux dernières folles années sèches en été!)

Pourquoi Bordeaux et le Nord ?

Originaire du Nord, d'un petit village du Pas-de-Calais plus exactement, je suis arrivé à Bordeaux en 2008 pour mes études, et j'y suis resté, même si je voyageais très souvent en Europe à titre personnel et pour le boulot. En 2016, j'ai commencé à retrousser les manches et remettre en production les terres de mon arrière-grand-père dans mon village là-haut, mes parents arrêtant de les cultiver. Le Pas-de-Calais est une région d'avenir de la production de beaux légumes, croyez-moi !

En 2018, j'ai eu la chance de pouvoir lancer une nouvelle aventure, avec la création d'une seconde micro-ferme de deux hectares, sur un petit lopin magnifique entouré de chênes et de forêts, à Margaux, dans le Médoc.  Une production dans le Sud-Ouest permet généralement de produire un mois plus tôt en saison, un mois plus tard en fin de saison, et lors des grandes chaleurs estivales, problématiques, le Nord tire son épingle du jeu pour une très grande gamme de légumes, le Sud-Ouest pour les légumes très exigeants en chaleur (tomates, aubergines, piments, poivrons).


Nord : La ferme de Sept Fontaines

En juin 2018, les choses avancent, après avoir été une sorte de SDF dans ma propre région, en emménageant dans un vieux corps de ferme typique du XVIIIème, à 20km de Calais/Boulogne-sur-Mer/Saint-Omer loué par son propriétaire, qui, petit monde, s'est révélé être l'oncle d'une amie -monégasque, grand écart géographique - avec qui j'ai fait mes études à Bordeaux. Tout est possible !

Nous aurons à coeur de retransformer ces magnifiques bâtiments en un corps-de-ferme actif et vivant ces prochaines années. 

Nous continuons à cultiver nos 3,5 hectares de terres familiales situées à 1km à la ronde. 

En Gironde : 2 hectares à Margaux

En 2018, nous avons aussi créé à partir de 0 une micro-ferme bio en Gironde selon les mêmes principes que notre philosophie au Nord. Elle se situe à Margaux, à 30 minutes au Nord de Bordeaux, la parcelle de deux hectares a été mise à disposition par la famille d'amis d'études, et est entourée de forêts, nous sommes au calme ! 

Les deux lieux de production sont complémentaires en termes de calendrier, pour avoir une production toute l'année la plus locale, qualitative, et avoir les quantités nécessaires à nos activités. 

Nos fruits et légumes

Politique de prix 

 La politique de prix pratiquée pour nos fruits et légumes est une simple politique de prix juste et de commerce équitable Nord-Nord qui permet au producteur : 

- de produire des légumes les plus goûteux, en prenant des risques sur des variétés beaucoup plus goûteuses mais beaucoup moins productives et beaucoup plus fragiles, demandant beaucoup plus de suivi. 

- d'être autonome, de vivre de notre travail correctement, avec le cadre réglementaire, fiscal, juridique et législatif qui est le nôtre en tant qu'indépendants  en 2017.

- de pouvoir investir correctement sur le domaine dans un outil de travail peu technique mais efficace et simplifiant la vie. 

- de pouvoir embaucher des assistants-maraîchers et saisonniers, les rémunérer correctement pour ce dur labeur, prendre le temps de former des stagiaires et apprentis, et leur fournir des conditions de travail les plus correctes.

- de se reposer quelques weekends et deux semaines par an de break hivernal, ce qui n'est pas trop demander. 

- de mettre en place des pratiques agricoles les plus écologiquement et socialement durables, respectueuses, et très productives ! 

- sans oublier de se payer ( et pouvoir prendre le temps pour) ses séances de kiné pour durer dans le temps ! 

Tout le reste est de la (mauvaise) littérature, et nous n'avons pas le temps pour ça. Nous cherchons les personnes enthousiastes et épicuriennes, qui cherchent à profiter de productions goûteuses tout en soutenant de manière active leurs producteurs. 

Les goûts et les couleurs

Venir sur la ferme ?

Formations courtes, WWOOFING, stages, apprentissage, saisonniers

En saison, nous courrons mais essayons d'avoir les portes toujours ouvertes pour accueillir des visiteurs. 

Par ailleurs, nous avons besoin en toutes saisons d'aide pour nos travaux des champs.

Un résumé des possibilités pour venir vous former et/ou aider à la ferme.

- WWOOFING (volontariat agricole)

Dès une semaine et plus : WWOOFING (lien vers l'annonce pour le Nord, bientôt l'annonce pour la Gironde). Vous serez nourris et logés chez nous et participerez à nos activités sur la base du volontariat. 

- Stagiaires, apprentis, saisonniers : 

Les critères de sélection sont très simples lorsqu'il s'agit d'embaucher et de rémunérer quelqu'un : pour un assistant-maraîcher/saisonnier, être capable de tenir sur toute la durée de l'embauche la même efficacité et la même qualité de travail que moi, pour un apprenti et un stagiaire, d'atteindre cette efficacité et cette qualité au plus vite tout en profitant d'une formation.

Seul critère possible pour que cela ait un sens. Tous nos travaux prennent du temps, un cueilleur rémunéré dans le cadre légal 2017-2018 cueillant 3kg à l'heure de haricots verts nous fait perdre de l'argent à chaque heure de travail, ce qui est encore moins durable que l'agriculture conventionnelle chimique !